CATÉIS PARIS : 09 86 21 04 69  -  CATÉIS MARSEILLE : 04 91 62 74 09  -  CATÉIS LYON : 04 78 54 50 40

Comment utiliser l'échelle éco-rps® ?

L’échelle éco-rps® est opérante : 
 
  • Dans une approche par poste de travail, afin de qualifier les contraintes et les ressources d’un poste particulier (par exemple un cadre, une secrétaire, etc.). 
  • Dans une approche cartographique permettant de qualifier pour l’ensemble des salariés de l’entreprise les facteurs transverses de contraintes et de ressources. Cette approche permet de produire une cartographie des RPS à l’échelle d’une entreprise ou d’un secteur. 
  • Dans une approche médiane, où la structure est abordée au travers d’un découpage par unité de travail, type Document Unique. Il peut être fait un premier niveau de découpage par service, puis par fonction (par exemple administratifs, techniques, commerciaux, infirmiers, informaticiens, etc.). Cette approche permet de qualifier les contraintes et les ressources d’une fonction dans une unité donnée. 
  • Dans une approche métier, où le principe est de qualifier pour un métier donné les contraintes et le ressources saillantes et récurrentes, quelle que soit l’unité de travail. Par exemple, le métier d’infirmier à l’échelle d’un hôpital, le métier de téléopérateur, etc. 
 

Deux niveaux complémentaires

 
Afin de faciliter l’utilisation de l’échelle éco-rps® en termes de moyens (humains, temporels, etc.), CATEIS a élaboré une grille exploratoire des facteurs de risques, appelé l’échelle éco-rps de niveau 1. 
 
Cette grille peut être auto-administrée, et permet de détecter un niveau de risque initial. En fonction de ce niveau de risque, la passation de l’échelle éco-rps® sera envisagée. 
Cette grille de niveau 1 est conçue sur la base de l’échelle éco-rps® d’une part, et des familles de risques identifiées dans le rapport Gollac.
 
Par conséquent, cet outil permet d’interroger les exigences du travail, les exigences émotionnelles du poste, l’autonomie et les marges de manœuvre, les rapports sociaux au travail, les conflits de valeur et l’insécurité socio-économique.